Borderland de Zev Berman, 2007

-> Le gros Gore qui tache et les films dégueux à vomir

Borderland de Zev Berman, 2007

Messagepar BRUNO MATEI » 04 Octobre 2014, 06:18

Réalisateur: Zev Berman
Année: 2007
Origine: Mexique/U.S.A.
Durée: 1h45 (version longue)
Distribution: Brian Presley, Rider Strong, Jake Muxworthy, Beto Cuevas, Martha Higareda, Sean Astin.

Inédit en salles en France.

FILMOGRAPHIE: Zev Berman est un réalisateur et scénariste américain.
2003: Briar Patch. 2007: Borderland.

Sorti directement en Dvd en pleine vogue du Tortur'Porn, Borderland s'inspire des méfaits authentiques d'une secte mexicaine dirigée par le gourou Adolfo Constanzo. Vers la fin des années 80, il kidnappa avec l'aide de ses disciples et de flics véreux des trafiquants de drogue pour les sacrifier lors de cérémonies. C'est à la suite de la disparition d'un jeune américain que la police Texane pu enfin découvrir leurs méthodes crapuleuses notamment mêlées au trafic de drogue. Mais afin d'éviter la prison, Adolfo Constanzo opta en dernier recours au suicide...
De manière romancée, le film illustre la virée estivale de trois touristes américains près de la frontière mexicaine pour profiter d'alcool et de sexe parmi les prostituées du coin. Alors que Ed se prend d'amitié avec une serveuse de bar, un de ces compagnons disparaît mystérieusement après avoir absorbé des champignons hallucinogènes. Avec l'aide d'un policier revanchard, unique rescapé d'un guet-apens commis un an au préalable par le "grand-prêtre", Ed et ses amis tentent de retrouver sa trace.

A la vue de son prologue radical où diverses tortures sont infligées sur un policier menotté devant le témoignage impuissant de son collègue, Borderland semble emprunter les sentiers balisés de l'horreur trash afin de répugner le spectateur. La séquence extrêmement violente adoptant réalisme cru et malaise diffus pour provoquer le haut-le-coeur sans céder toutefois à la complaisance facile. Si ensuite la virée touristique des jeunes américains semble calquée sur la série des Hostel, l'intrigue s'avère suffisamment captivante dans la gestion du suspense et parfois aléatoire dans le cheminement investigateur des héros pour s'y laisser embarquer. Outre l'étiquette "fait-divers" estampillée en début de générique, Borderland s'avère d'autant plus réaliste et insensé qu'il illustre avec acuité les motivations crapuleuses de véritables psychopathes originaires d'une secte mystique. Des assassins sans vergogne fanatisés par l'éthique de leur gourou qui iront commettre le rituel de sacrifices sur d'innocentes victimes ! Si le film insuffle une intensité émotionnelle davantage éprouvante, de par le sort réservé à deux autres victimes et par la tournure de son point d'orgue vindicatif, il le doit au caractère attachant des personnages pourvus de dimension humaine dans leur angoisses et leur désespoir de retrouver un ami sauf. En prime, l'atmosphère lourde et mystique qui règne autour de leur présence est notamment renforcée par une photo saturée mettant en valeur les décors exotiques d'une région mexicaine livrée à la corruption et aux forces du Mal.

Grâce à sa réalisation aussi intelligente que soignée et à sa sobre interprétation, Borderland se tire honorablement des situations et comportements prévisibles afin de se démarquer du vulgaire Tortur'porn bon marché. Par l'entremise d'une intrigue improbable inspirée d'une histoire authentique, le film s'avère d'autant plus malsain, terrifiant et éprouvant qu'il privilégie une intensité dramatique lors du parcours précaire de nos héros tout en mettant en exergue la symbolique sataniste d'une tribu mexicaine avide de sang frais.
Avatar de l’utilisateur
BRUNO MATEI
Oh My Gore ! Fan
 
Messages: 1319
Inscription: 14 Novembre 2010, 10:25

Retourner vers Cinéma Gore, Trash & Splatter

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron