Amazonia La Jungle Blanche

-> Le gros Gore qui tache et les films dégueux à vomir

Messagepar Killjoy » 01 Décembre 2004, 20:57

user posted image

ce film est passé inaperçu lors de sa sortie en salles il y a 20 ans... il reste mineur dans la carrière de Deodato, on y retrouve Michael Berryman, l'intrigue se laisse suivre et le film est sympa... à noter des scènes incroyablement gore et des viols au début du film (ça ne rigole pas !! :sick: :sick: ), la légende veut que les acteurs carburaient pratiquement tous à la cocaïne pendant le tournage, ça a du promettre et le résultat est sidérant !!! :nuke: :nuke:
il était édité en VHS chez UGC vidéo à l'époque et n'existe même pas en zone 1 !!!
user posted image
Avatar de l’utilisateur
Killjoy
HorrorDetox
 
Messages: 15664
Inscription: 14 Novembre 2003, 13:15

Messagepar darquos » 01 Décembre 2004, 22:02

Voilà pourquoi des gens confondent et appel l'autre film amazonia de neo "Amazonia, l'esclave blanche", c'est vrai qu'il y a de quoi perdre un peu la tête avec tout ça :wacko: Enfin bon, ça m'a l'air simpa ! B)
Avatar de l’utilisateur
darquos
Loading...
 
Messages: 3068
Inscription: 18 Juin 2004, 21:45
Localisation: Perpignan

Messagepar Oh My Gore » 02 Décembre 2004, 09:51

jamais vu mais je le cherche depuis longtemps...
Avatar de l’utilisateur
Oh My Gore
Administrator
 
Messages: 7041
Inscription: 31 Octobre 2003, 23:32
Localisation: FR

Messagepar asath » 02 Décembre 2004, 12:43

ah mais l'autre avec sa tete de fou on le voit souvent , notamment dans la colline a des yeux ..........
Avatar de l’utilisateur
asath
Oh My Gore ! OFFICIAL MEMBER
 
Messages: 4083
Inscription: 02 Décembre 2003, 23:52
Localisation: au sous-sol de la peur

Messagepar Oh My Gore » 02 Décembre 2004, 12:55

ouais il a vraiment une bonne tête de film d'horreur lui !
Avatar de l’utilisateur
Oh My Gore
Administrator
 
Messages: 7041
Inscription: 31 Octobre 2003, 23:32
Localisation: FR

Messagepar YoUtH » 09 Octobre 2005, 22:08

CITATION
et n'existe même pas en zone 1 !!!


Ha bon lol pourquoi ai-je le DvD alors :P

Cut and Run, une fausse suite si on veut à Cannibal Holocaust est un film du meme genre, je dirait plus de meme mentalité car il n'y a pas de cannibal dans le film mais le message laisser est le meme 'L'animal le plus sauvage dans la jungle est l'homme' En Amazonie, plein coeur de la jungle, regne un trafic de drogue tres important, 2 journalise vont y aller pour découvrir la vérité et en meme temps le terrible massacre...Un film tres gore avec des scenes tres violente. Une exellente music de Claudio Simonetti (Goblin) Un tres bon film que je conseil a ceux qui aime le style de Ruggero Deodato. D'ailleur c'est aussi le 3iem volet de ca trilogie de film en Amazonie avec Jungle Holocaust.

8/10
Avatar de l’utilisateur
YoUtH
Oh My Gore ! Worshipper
 
Messages: 547
Inscription: 27 Août 2005, 17:54

Messagepar Sir Gore » 10 Octobre 2005, 18:14

CITATION (killjoy @ mercredi 01 décembre 2004, 21:57)
il reste mineur dans la carrière de Deodato

Toi, tu sors !

Ou sinon j'appelle mon tueur favori et il viendra te découper en rondelles:
user posted image
:D :D :D :P


Trèves de plaisanteries, à mon humble avis, ce superbe film d'aventures jalonné d'extrême Gore surpasse Cannibal Holocaust.

Pourquoi ? Parce que c'est bien plus bourrin, jouissif, sanglant et rythmé.

Moins dérangeant certes que le film de 1979, mais nettement plus paroxysmique au niveau violence graphique (dont un écartèlement effroyablement crade et réaliste :sick:).

La face de Michael Berryman est tétanisante, de surcroît.

Note: 9/10
Avatar de l’utilisateur
Sir Gore
fulciologue averti
 
Messages: 2585
Inscription: 24 Août 2005, 09:37

Messagepar darquos » 11 Octobre 2005, 10:41

Un bon moment de visionnage ce film. B)
Avatar de l’utilisateur
darquos
Loading...
 
Messages: 3068
Inscription: 18 Juin 2004, 21:45
Localisation: Perpignan

Messagepar BRUNO MATEI » 27 Février 2011, 10:24

5 ans après son controversé et maladif Cannibal Holocaust, Ruggero Deodato nous refourgue une de ces séries B d'exploitation jouissive et vigoureuse allouée à une mise en scène particulièrement fougueuse et endiablée entièrement dédiée à un sens de l'efficacité roublard.
Sur le même schéma que son compère notoire précité, Amazonia, la jungle blanche mélange le cinéma d'aventures et l'horreur gore éclaboussante avec un savoir-faire probant proprement attachant.

Une équipe de journalistes se retrouve en pleine jungle hostile après qu'un groupe de trafiquants de drogue soit retrouvé mystérieusement massacré sans mobile apparent. Dans le même temps, le fils du directeur d'une célèbre chaine de télévision a disparu.
Avec leur caméra, nos deux journalistes vont s'enfoncer dans la forêt pour découvrir l'horreur primitive de deux clans opposés se disputant un trafic de drogue et tenter par tous les moyens de retrouver la trace du jeune garçon pris en otage par l'un des groupuscules.


Amazonia démarre sur les chapeaux de roue avec une séquence introductive explosive et sanglante qui voit une bande de trafiquants se faire subitement agresser par des indigènes demeurés. Action et gore vont agréablement fusionnés pour nous faire partager un moment décomplexé fun rondement mené.
La suite de notre aventure nous entraine en plein coeur de l'amazonie avec ce duo de jeunes journalistes enquêtant sur cette sombre affaire de meurtres crapuleux commis par des sanguinaires sans pitié.
Pour pimenter le récit riche en épisodes conflictuels de personnages mesquins, le réalisateur s'octroie à une guerre des gangs commanditée par deux groupes de mercenaires chevronnés. Alors que l'un des leaders contestataires les plus réputés se soit associé avec une tribu d'indigènes tributaires de son influence autoritaire et farfelue. Ce leader surnommé le Colonel Brian Horne (Richard Lynch) est un ancien adepte d'une dérive religieuse tristement célébrée par un fondateur religieux fanatique et communiste, le révérend Jim Jones ! (un drogué dépendant qui affirmait ente autre à ses disciples être la réincarnation de Jésus !).

Toute la narration est donc un chassé croisé haletant, une traque sanglante parsemée d'embuches et un reportage de choc que nos 2 reporters vont dépeindre avec leur matériel vidéo pour dénoncer l'horreur d'une guerre impitoyable subordonnée au marché de la drogue.
A travers cette trame basique à peine débridée prétextant une surenchère violente échevelée, on sent que Ruggero Deodato est particulièrement inspiré à nous offrir un généreux spectacle d'action ludique dont chaque scène trépidante est souvent accentuée par le caractère choc de ses scènes sanglantes réussies. A cet effet racoleur volontairement explicite (et la touche polissonne, intermittente de quelques pointes d'érotisme), il ne faut pas manquer de relever une séquence quasi anthologique auquel un homme va se voir le corps déchiré en deux parties, dans le sens de la longueur ! L'effet spectaculaire inopiné dans sa cruauté viscérale se forge d'un impact réaliste très impressionnant !

Au répertoire des comédiens, quel plaisir non simulé de voir réunir à l'écran une galerie de trognes secondaires bien connues des amateurs de bisseries, séries B ou projets plus ambitieux ! S'affrontent donc dans un délire festif commun l'impayable Michael Berryman (la colline a des yeux) avec sa trogne d'ahuri, Eriq La Salle (l'Echelle de Jacob, la série TV Urgences), notre regrettée et séduisante Lisa Blount (Réincarnations, Officiers et Gentlemans, Prince des Ténèbres), Leonard Mann (le Dernier des Salauds, les Yeux de la terreur), Richard Bright (Marathon Man, l'ambulance) et enfin le patibulaire Richard Lynch et sa gueule pernicieuse (l'Epée Sauvage, Panics, Invasion U.S.A, les Barbarians) en leader déluré, suicidaire et orgueilleux.

Amazonia, la jungle blanche est sans aucun doute l'un des métrages les plus nerveux et réussis du réalisateur. Exacerbé par l'entraînante partition musicale de Claudio Simonetti offrant un punch supplémentaire à la structure du récit, il s'agit d'une véritable perle du Bis rondement menée dont la mise en scène appliquée maitrise avec une belle vigueur son tempo endiablé et l'utilisation esthétique d'un environnement hostile traversé de décors naturels de toute beauté.
Un pur spectacle de série B savoureusement concocté pour nous faire passer un moment de plaisir complice à la fougue communicative.



P.S: Killjoy, je t'ai dédicacé ma critique sur mon blog, croyant que tu vénérais ce film ! :huh:
Image
Avatar de l’utilisateur
BRUNO MATEI
Oh My Gore ! Fan
 
Messages: 1319
Inscription: 14 Novembre 2010, 10:25

Messagepar Killjoy » 28 Février 2011, 08:27

BRUNO MATEI @ 27.02.2011 à 11:24 a écrit: P.S: Killjoy, je t'ai dédicacé ma critique sur mon blog, croyant que tu vénérais ce film ! :huh:


mais oui je le vénère ce film ! bien sur ! :jason:
j'en ai des souvenirs vaporeux, je l'ai vu vers 1996 / 1997 :P
je compte bien le remater, je vénère ce film ! :)
Avatar de l’utilisateur
Killjoy
HorrorDetox
 
Messages: 15664
Inscription: 14 Novembre 2003, 13:15


Retourner vers Cinéma Gore, Trash & Splatter

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron